Comment le changement climatique affecte la production rizicole.

 

Le riz est une des cultures la plus sensible au stress salin. La salinité affecte à la fois la croissance précoce et le stade reproductif, en retardant l’épiaison et en réduisant la viabilité du pollen. Ces effets réduisent la productivité du riz.

 

ClimateChange_Rice

La température du globe a augmenté au cours du dernier siècle et plus précisément au cours des 50 dernières années (0.13°C/décennie). Ce réchauffement s’est manifesté plus intensément dans la région méridionale de l’Europe. Les effets les plus intenses y sont enregistrés au printemps et en été, contrairement à ce qui s’observe en Europe du Nord où les élévations de températures les plus marquées s’observent pendant l’hiver. L’élévation des températures sur la côte méditerranéenne est  plus importante que celle observée dans d’autres régions de même latitude. De plus, du fait de la diminution des ressources en eau et de l’augmentation du niveau de la mer, une salinisation progressive des deltas européens où le riz est cultivé est observée, en particulier dans les terres basses proches du niveau de la mer. Les projections faites avec des modèles de climat régional dans le cadre du projet PRUDENCE indiquent que, dans les régions méditerranéennes, les températures continueront d’augmenter au cours de ce siècle à un rythme supérieur à celui des moyennes globales et européennes. Les conséquences en seront encore plus évidentes dans quelques dizaine d’années.

Le riz (Oryza sativa) est une des plus importantes céréales au monde et représente une part importante des apports caloriques dans l’alimentation humaine. L’Europe produit les 2 tiers de sa consommation avec une production annuelle de plus de 3 millions de tonnes. La production rizicole a donc des impacts sociaux-culturels, économiques et écologiques majeurs dans plusieurs pays de l’Europe méditerranéenne.

La sécurité alimentaire est compromise par le changement climatique, la salinisation des aquifères et l’augmentation de la demande alimentaire d’une population en augmentation. Il a été estimé que la demande mondiale en riz blanchi passera de 480 millions de tonnes en 2013 à 715 millions de tonnes en 2025. Beaucoup d’efforts ont été faits par les instituts internationaux de recherche sur le riz pour obtenir des lignées tolérantes au stress salin. Récemment, des marqueurs moléculaires ont été identifiés chez le riz comme étant fortement liés à une région chromosomique  particulière nommée ‘Saltol’ qui confère une tolérance au sel par des mécanismes de régulation des niveaux de K+ et Na+ et d’exclusion du sodium des plantes. Ces marqueurs permettent de suivre efficacement l’introgression de la région qui confère la tolérance au sel dans les variétés élites européennes.